Logo
Peace and Security
navi

L’autre Europe est fondée sur la paix et la reconnaissance de la diversité universelle. Elle refuse toute stratégie de domination économique ou militaire et toute forme de racisme et de chauvinisme.

L'autre Europe contribue à la construction de la justice globale : elle reconnaît et valorise les différences culturelles et historiques, dans un cadre d’égalité des droits individuels et 
collectifs et de respect des droits humains universels. Les nouvelles racines de l’Europe ont par conséquent un caractère métissé, auquel contribue largement la présence des migrants et migrantes : la violence exercée sur les migrant(e)s au nom des frontières institutionnelles est inacceptable.

L’expérience historique coloniale européenne, interne et externe, caractérisée par la domination politique et sociale, par le pillage des ressources, par des guerres qui ont fait des millions de victimes, impose à l’Europe des responsabilités par apport à la condition économique et sociale de la plus grande partie du monde, du Sud notamment,mais aussi de l'Europe de l'Est.

Le principe de solidarité et le respect doivent guider les relations entre les pays de l’espace européen et tous les autres pays. L’Europe se doit d’agir, consciente d’un intérêt commun, dans l’affirmation des droits sociaux et économiques globaux.

L’Europe soutient le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes et à déterminer leur choix en matière économique, sociale, culturelle, environnementale. Elle s’engage à garantir la souveraineté de chaque peuple sur ses ressources naturelles et sur son environnement immédiat.

Le droit humain à l’épanouissement est inaliénable, au même titre que les autres droits fondamentaux. L’Europe que nous voulons participe à la création d'un nouvel ordre économique international qui répond à cette exigence et, dans ce cadre, développe une coopération qui prend en compte la disparité des conditions et fait valoir la nécessaire égalité des droits.

L’annulation de la dette extérieure des pays pauvres est une mesure nécessaire ,élémentaire et immédiate.

Les accords économiques doivent inclure la prise en compte et l’application réciproque des droits humains selon les règles et les conventions internationales.

L’Europe soutient le projet de taxation internationale sur les mouvements des capitaux et s’oppose à leur libre circulation. Elle soutient la formation de relations économiques régionales opposées aux logiques libérales

Une autre Europe refuse la loi du « libre marché » et l’existence d’un droit « marchand » dominant qui en découle. Le corps du droit international est unique, valable pour les Etats, les Institutions internationales financières, économiques, sociales et politiques. L’autre Europe agit pour intégrer dans le cadre de l’ONU , démocratisée et radicalement reformée toutes les institutions internationales existantes.

anotherworld